Alors qu’il connaît la Nièvre depuis 56 ans, qu’il est parlementaire dans la Nièvre depuis 17 ans, qu’il fût 10 ans maire de la Charité sur Loire, qu’il est membre du Parti Socialiste qui dirige le Conseil Général depuis 50 ans, Monsieur Gorce se sent co-responsable de l’avenir de la Nièvre et tente d’installer une « usine à bonnes idées » pour notre département. Nous serions plus aise de l’entendre se sentir co-responsable de la politique calamiteuse menée depuis plus de 50 ans dans notre département. Politique menée conjointement par les parlementaires dont lui, et le Conseil Général dirigé par M. Joly. Dans un tel élan de mauvaise foi, M. le Sénateur Gorce irait-il jusqu’à dénoncer les charges de fonctionnement qui augmentent sans cesse empruntant le chemin inverse des recettes ? le matraquage fiscal qui assomme les Nivernais en attaquant directement leur pouvoir d’achat ? l’absence complète de politique en faveur de l’économie ? les augmentations des budgets de communication au détriment des missions obligatoires du CG ? les investissements démesurés qui ont un impact économique dérisoire ? la présence de zone blanche sans téléphone portable, sans internet ? la dépense permanente dans l’économie non-marchande plutôt que dans le développement économique ?

M. Gorce, avant de vous draper de blanc et de vous proclamer sauveur de la Nièvre, commencez par faire un bilan critique et honnête des politiques que vous avez menées ou soutenues d’abord avec M. Charmant puis avec M. Joly. M. Gorce, avant d’aller visiter les Nivernais chez eux sans presse ni caméra, mais en l’annonçant très paradoxalement dans la presse, prenez bien la peine de réfléchir à pourquoi la Nièvre s’affaiblit. M. Gorce commencez par abandonner vos mandats et par nous présenter des excuses conjointes avec MM. Charmant et Joly pour les multiples saupoudrages de subventions, les problèmes de suivi des associations d’aide à domicile, la gestion budgétaire déplorable, …

La ruralité est une chance si elle n’est pas traitée comme un boulet par les dirigeants politiques.

La Nièvre est attractive si l’action publique consiste en une aide au développement plutôt qu’en une hyper-communication et une promotion permanente de son immobilisme.

Notre département est plein de ressources qui doivent être valorisées par les élus alors que ceux-ci, en place depuis si longtemps dans une majorité sclérosée, ne conçoivent le département que comme leur chasse gardée, usine à recycler les hiérarques défaits par ailleurs et à placer les camarades.

Heureusement M. Gorce nous ne comptons plus sur vous depuis longtemps. Plusieurs initiatives naissent. Avec Nièvre Actions nous voulons proposer un projet neuf, innovant, ambitieux sans être démesuré, honnête vis à vis des Nivernais déjà bien trop conscients du marasme dans lequel vous et vos amis les avez plongés. Nous travaillons vraiment à l’avenir et au relèvement de notre département, sans être coupables, complices de son affaiblissement. Vous nous donnez la preuve par le constat que vous faites que vos actions, celles de M. Joly, celles de vos amis ont été nocives pour ce si beau territoire. Nous avons l’ambition d’enrayer ce cercle vicieux et de redonner espoir, dynamisme et modernité à notre Nièvre.

Alors que la nouvelle municipalité Neversoise avait porté au début de l’été un projet de mise en gratuité d’un grand nombre places de stationnement au centre ville et notamment dans le parc Salengro, projet que nous avions soutenu, nous ne pouvons que déplorer la volonté de la Mairie de maintenant se rattraper en faisant payer les places de stationnement d’autres rues. M. le Maire et son équipe n’ont fait que déplacer le problème.

Nous avions travaillé, durant la campagne, sur une diminution des charges de la Mairie et de la commune. Cette diminution prévoyait la suppression de places payantes pour redynamiser le centre ville sans pour autant pénaliser les autres quartiers..

À Nevers, comme dans beaucoup de communes de même taille, les citoyens ont besoin de leur voiture pour aller travailler ou pour se déplacer faire des courses. Il faut travailler à la diminution des coûts de fonctionnement de la Mairie plutôt qu’à prélever de nouveaux impôts sur les automobilistes.

Rentrée 2014

1981-1983, 2012-2014, la grande imposture socialiste ne durerait-elle que deux ans ? C’est bien l’impression que nous avons en observant la ligne politique du gouvernement qui vient de mettre un grand coup de barre à droite et tente de nous dépasser sur tous les fronts : libéralisme économique lors du discours de M. le Premier Ministre devant le MEDEF, très grande fermeté sur l’immigration de la part du Ministre de l’Intérieur lors d’une interview matinale… Le socialisme du Bourget serait donc terminé !

Pouvons-nous malgré tout nous réjouir ? 27 mois ont été perdus. La France est au plus mal. Le taux de chômage est au plus haut. Notre diplomatie est inaudible. Nous assistons, impuissants, à la dégradation de notre niveau de vie, des conditions de vie de nos frères dans le monde… Espérons que les nouvelles aspirations de l’exécutif permettent à notre pays de relever la tête, de retrouver une économie qui croît, de redevenir une puissance protectrice d’un monde fragilisé et martyrisé, ici et là, par des extrémistes fous.

Dans la Nièvre, la situation est pour le moins cocasse car nous avons un soutien du gouvernement, Mme la Député Carillon-Couvreur, un frondeur, M. le Député Paul, un hors PS qui a une position un peu floue, M. le Sénateur Gorce et une sénatrice qui ne prend pas position. Du côté du département, la situation est tout sauf plus claire, et la politique menée depuis des années dans cette institution nous donne l’impression que l’exécutif du CG58 est plutôt socialiste tendance « perfusion d’argent publique-clientélisme » qu’en faveur du développement économique dont manque pourtant notre département. Le Président du Conseil Général se déclarant même solidaire d’Arnaud Montebourg… Décidément pour certains, les vieilles lunes continuent d’être un phare.

Dans l’opposition, nous maintenons que le cap poursuivi depuis mai 2012 n’est pas le bon.  Plutôt que de tenter de scléroser l’économie et de figer les acquis de quelques privilégiés il faut rendre de la liberté aux citoyens et aux entreprises. Cette liberté à laquelle chacun aspire, qui rendrait plus souple le code du travail, qui permettrait aux salariés de bénéficier de la totalité de leur salaire et non d’un salaire prétendu net comme si les 23% préalablement ponctionnés du salaire brut l’avaient rendu sale. Si vraiment M. Valls va dans la direction annoncée, je suis sûr que des parlementaires de l’opposition le suivront et que cette liberté retrouvée apportera avec elle : créativité, croissance, innovation, emplois, développement…

Dans la Nièvre, la recette n’est pas loin d’être similaire : il faut limiter la dépense publique et rendre du pouvoir d’achat par des diminutions d’impôt. Nous avions montré que c’était possible à Nevers, de la même manière c’est tout à fait réalisable au niveau départemental. L’impôt local est parmi les plus chers de France, alors que les revenus sont parmi les plus bas. Comme pour la campagne des municipales, nous devons mettre sur le table le besoin d’une diminution des dépenses du Conseil Général pour : réorienter les fonds vers quelques priorités, diminuer les impôts, accompagner la ruralité, soutenir les éleveurs et les agriculteurs, redonner de l’efficacité et de la lisibilité à cette institution que beaucoup veulent voir disparaître.

Nous vivons des moments cruciaux, les baronnies socialistes locales sont à bout de souffle et nous travaillons pour proposer une alternative qui va permettre de redonner une dynamique positive à nos territoires. La droite nivernaise est pétrie d’idées que nous ne manquerons pas de porter dans les assemblées où nous avons des représentants et devant les électeurs le moment venu. Dans l’attente et dans l’opposition, nous espérons que nos parlementaires, que M. Joly, Président du CG 58, et  M. Patriat, Président de la Région Bourgogne, travailleront plutôt dans le sens affiché actuellement par le gouvernement que contre comme cela à l’air de se préparer.

  • 0 Commentaire
  • Filed under: Non classé
  • Philippe Cordier a dévoilé hier sa liste -Pour Que Nevers Soit !- pour les élections municipales des 23 et 30 mars 2014 à Nevers.
    39 candidats, deux sortants -dont votre serviteur- et un projet ambitieux et réaliste pour enrayer le déclin de Nevers et rendre attractive notre cité.
    Vous trouverez la liste complète sur le site internet du Journal du Centre : http://goo.gl/v0J7xQ

  • 0 Commentaire
  • Filed under: Non classé
  • Monsieur le Maire, mes chers collègues,

    « Soyons tranquilles » nous expliquent Monsieur le Maire et son adjoint aux finances. « Soyons tranquilles », nous disent-il mais comment l’être alors que tout ce que nous observons c’est que Nevers et son équipe dirigeante sont malheureusement au diapason de la France et son gouvernement. Tandis que le gouvernement et la majorité socialiste ont fait de notre pays le champion du Monde de la fiscalité, à Nevers nous restons champions de France. Chers collègues, chers concitoyens, alors que l’équipe municipale nous demande de dormir tranquille et nous explique que les impôts n’augmentent pas (encore ce matin dans le Journal – le 15 avril 2013), je vais m’employer à rétablir la vérité en trois points.

    Première vérité à rétablir : Si ! les impôts augmentent encore cette année à Nevers. Je peux même vous donner le chiffre de l’augmentation 2,27%. 2,27% d’augmentation, évidemment ça ne parle beaucoup, alors laissez moi vous traduire cette augmentation en euros : 551 801€. Cette année, par son immobilisme et son incapacité à réduire significativement le train de vie de notre cité, Monsieur le Maire et son équipe vont encore amputer le pouvoir d’achat des Neversois de : 551 801€. Monsieur le Maire, vous me rappeler monsieur Hollande, Président de la République, qui s’efforçait tant bien que mal de faire croire aux français, lors de sa dernière prestation télévisée avec David Pujadas, qu’il n’y aurait plus d’augmentation d’impôt en France en 2013. Ce Président de la République qui fût démenti ce week-end par son ministre des Finances affirmant que les prélèvements augmenteront finalement de 6 milliards d’euros en 2013. Alors, Monsieur le Maire, doit-on compter sur vous-même ou sur votre adjoint aux finances pour dire ce soir cette vérité aux Neversois : la part communale de nos impôts locaux augmentera en 2013 de 551 801€.

    Deuxième vérité à rétablir : oui, à Nevers les impôts sont dramatiquement élevés et même dramatiquement plus élevés qu’ailleurs. On se plaint de l’attractivité de notre ville et pourtant rien n’est fait pour améliorer la fiscalité qui est un des grands leviers sur lequel la Mairie peut directement agir. Comment ne pas comprendre que les gens préfèrent s’installer ailleurs qu’à Nevers parce que dans tous les classements nous apparaissons comme ayant les taxes les plus hautes … et de loin ? Pour rappel, sur une étude menée par nos soins auprès de 13 villes proches en taille et en distance de Nevers, Il en ressort que la municipalité de Nevers impose à ses citoyens :

    • Le taux le plus haut pour la taxe d’habitation et la taxe foncière sur les propriétés non-bâties
    • Le deuxième taux le plus haut pour la taxe foncière sur les propriétés bâties

    Ainsi, on observe qu’à logement équivalent, la somme à payer à Mâcon pour la taxe d’habitation est 26% plus faible … et même presque 40% moindre à Beaune. Les taux de taxes sont une métrique très observée qui affecte directement les Neversois et les prétendants à l’installation dans notre ville. Malheureusement, vous refusez dogmatiquement d’y toucher et vous vous bornez à vous contenter de la non évolution des taux.

    Troisième vérité que nous souhaitons rétablir : oui il est possible de réduire les taux des taxes prélevées par la Ville de Nevers. Nous avons indiqué à de multiples reprises, lors de conseil municipaux précédents, que la modernisation du fonctionnement de la Mairie permettrait d’optimiser le budget de fonctionnement de la Ville et ainsi donner des marges de manœuvres pour réduire les sommes prélevées. Je vais vous citer pêle-mêle quelques uns des axes que nous avons identifiés : nombre d’adjoints, dépenses somptuaires de communication de la Mairie : Nevers ça me Botte, le Tam-Tam, Bon’ap, …., l’argent investi dans les études pour d’abord fermer la piscine de la Jonction, puis ouvrir un « air de Loire », puis étudier le projet de piscine dans le centre Colbert, puis finalement réétudier sur le site de la Jonction, … mutualisation de services avec l’ADN, non engagement dans des projets mal-dimensionnés tel que la Cuisine des Césars, …

    Monsieur le Maire, Chers collègues de la Majorité, aujourd’hui j’en appelle à votre sagesse pour prendre conscience que Nevers et ses habitants son las d’être prélevés de façon si importante. Chaque euro prélevé est un euro qui ne sera pas investi. Pire chaque euro prélevé est à l’origine de familles entières qui quittent la ville ou refusent de s’y installer. Aujourd’hui, avec mes collègues de l’opposition, nous allons encore une fois voter contre la délibération qui fixe les taux de taxes. Cette opposition n’est pas une opposition de principe, mais un refus d’être complice du déclin de Nevers. Nous affirmons, par notre vote « contre », l’espoir de voir que rien n’est impossible à Nevers et que les efforts de chacun d’entre nous peuvent permettre à Nevers d’acquérir une renommée nouvelle de ville attractive qui fait l’effort de respecter la contribution de chacun.

    SNCF: une attitude pathétique du maire de Nevers

    Voilà qui résume assez bien l’action du maire de Nevers: manifester avec la CGT et les drapeaux rouges au lieu de prendre rendez-vous avec qui de droit.

    Pathétique. Un maire a d’autres moyens d’actions que de bloquer un train…
    L’opposition regrette évidemment que la SNCF ait modifié ses horaires au détriment encore une fois de la Nièvre et de ses habitants.
    Un travail en amont aurait sans doute été nécessaire. Il a totalement été occulté par le maire de NEVERS, qui effectivement, comme il le dit lui-même n’a rien vu venir.
    On peut se poser la question de savoir pourquoi les élus nivernais dans leur ensemble ne sont plus considérés, ni par le gouvernement, ni par la SNCF comme des interlocuteurs privilégiés au point d’être totalement oubliés des discussions.

    La vérité, c’est qu’économiquement et politiquement, la Nièvre est à ce point affaiblie et repliée sur elle-même qu’elle a du mal à se faire entendre.

    Carole Boirin, Adrien Montoille

  • 1 Commentaire
  • Filed under: Non classé
  • Congrès de l’UMP : lancement de la motion « La boîte à idées » dans la Nièvre

     Un groupe de jeunes militants de l’UMP parrainés par 18 « poids lourds » du parti, ont déposé une motion dans le cadre du Congrès de l’UMP, pour porter une voix de renouveau, unitaire et militante : une motion « anti-divisions ».

    Vendredi 2 novembre, Adrien Montoille -Responsable Départemental des Jeunes Populaires de la Nièvre et Conseiller Municipal à Nevers- a lancé officiellement la campagne de la motion « La boîte à idées » dans la Nièvre.

    « La boîte à idées » est l’une des 6 motions (ou « Mouvements ») à se présenter au Congrès de l’UMP du 18 novembre prochain.

    Cette motion est présentée par un groupe de jeunes cadres et militants de l’UMP qui veulent faire entendre une voix à la fois unitaire, qui ne se reconnait pas dans les anciens clivages, et militante, en faisant des propositions concrètes pour rénover le parti.

    Il s’agit également de faire entendre la voix d’un groupe qui veut incarner le renouvellement des générations à droite, au travers d’une manière radicalement nouvelle de penser et de faire de la politique : plus collective, plus loyale, plus humble, plus exigeante.

     La déclaration de principe de « La boîte à idées » est parrainée par 18 parlementaires, reconnus pour leur travail et leur sérieux, dont la voix compte au sein de notre famille politique.

    Parmi eux : Benoist Apparu (député de la Marne), Olivier Carré (député du Loiret), Gilles Carrez (député du Val-de-Marne et Président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale), François Cornut-Gentille (député de la Haute-Marne), Arnaud Danjean (député européen), Hervé Gaymard (député et Président du Conseil général de Savoie), Bruno Le Maire (député de l’Eure), Jacques Pélissard (député du Jura et Président de l’Association des Maires de France), ou encore Edouard Philippe (député de Seine-Maritime et Maire du Havre).

     

    Contact presse :

    Adrien Montoille – 06 64 02 38 38 – adrien.montoille@gmail.com

    www.boite-idees-ump.fr

  • 0 Commentaire
  • Filed under: Non classé
  • Communiqué de presse du 26 octobre 2012

    Adrien Montoille, conseiller municipal de Nevers -groupe UMP- et responsable départemental des Jeunes Populaires de la Nièvre félicite l’UMP pour ce bel exercice démocratique qu’est l’élection de son Président. Deux candidats de grande valeur sont en lice et les idées qu’ils promeuvent ainsi que le respect dont ils font preuve l’un envers l’autre montrent encore une fois que l’UMP est un grand parti destiné à reconquérir par les urnes les territoires perdus et à permettre à la France de sortir de la crise et de retrouver la puissance économique qui doit être la sienne.

    Face au gouvernement actuel qui n’a pour projet que le « détricotage » des réformes entreprises par la précédente majorité, l’UMP doit être unie et présente sur le terrain comme dans les assemblées où elle a des élus afin d’éviter la sortie de route vers laquelle François Hollande et Jean-Marc Ayrault, entraînent notre pays.

    Pour la présidence de l’UMP, Adrien Montoille souhaite la victoire de François Fillon qui assurera à ce grand parti un avenir construit sur des valeurs fortes, sur une opposition sans concession face aux socialistes et sur un respect des différentes tendances de pensée au sein des militants. Fiers de leurs combats, fiers de leurs valeurs, les membres de l’UMP se mobilisent comme jamais pour montrer au gouvernement et aux Français que la crise n’est pas une fatalité et que les questions de sociétés polémiques ne sont qu’écran de fumée derrière lequel les vraies réformes sont tues. Couacs et polémiques ne font pas une politique, nous voulons une ligne directrice forte et ambitieuse. Avec François Fillon, l’UMP toute entière saura redonner espoir et avenir aux Français.

  • 0 Commentaire
  • Filed under: Non classé
  • Bravo à nos deux candidats

    Michèle Boucomont et Jean-Luc Gauthier sont donc qualifiés pour le second tour des élections législatives dans la Nièvre.

    Soutenus par tous les élus de droite et du centre dans la Nièvre, ils représentent un espoir que nous attendons tous.

    Dimanche prochain, je vous appelle à voter massivement pour eux. Le changement doit aussi avoir lieu dans notre département.

    Pour rappel, les deux candidats tiendront une réunion publique le vendredi 15 juin 2012 salle des Eduens à Nevers à 19h.

    Soyez nombreux, soyez des soutiens sans faille, soyez ambitieux pour la Nièvre.

    Adrien Montoille
    Conseiller Municipal de Nevers
    Responsable des Jeunes Populaires de la Nièvre

  • 0 Commentaire
  • Filed under: Non classé
  • Appel aux Nivernais

    Dans quelques jours, vous irez élire le prochain président de la république. Un choix déterminant s’offrira à vous. Les résultats du premier tour de ce scrutin ont montré toute votre inquiétude face aux temps incertains récemment passés ou à venir.
    Mais si nous nous adressons à vous aujourd’hui, c’est bien pour vous mettre en garde sur la portée de votre voix. Une voix qui peut maintenir au pouvoir un homme déterminé, courageux et ferme, une voix qui peut au contraire placer au pouvoir un homme au discours fluctuant.
    D’un côté, Nicolas Sarkozy a dirigé le pays avec brio alors que nous avons vécu une série de crises mondiales sans précédent et de l’autre François Hollande, candidat qui ne cesse de changer de position suivant son auditoire et qui, à force de vouloir être bien vu par tous, fini par être incompris de tous.
    Nicolas Sarkozy a non seulement permis à la France de mieux se sortir de la crise que ses voisins, mais il a dans le même temps accompli de profondes réformes qui vont nous toucher durablement et permettre d’envisager notre avenir avec optimisme.
    L’heure est au redressement des comptes publics. Seul Nicolas Sarkozy a montré qu’il était capable d’inverser sur le long terme la tendance des déficits et de l’accroissement de la dette. L’État a vécu trop longtemps au dessus de ses moyens, et que nous propose l’adversaire du Président sortant ? Encore une longue série de dépenses inconsidérées. Les cas Grecs ou Espagnols doivent pourtant servir d’exemple.
    Chers Nivernais, au moment de placer votre bulletin dans l’urne le 6 mai prochain, posez-vous cette question : quel avenir voulez-vous pour notre pays ?
    Voulez-vous confier notre pays à un homme qui n’a jamais été ni ministre, ni secrétaire d’état, ni même maire d’une grande ville. Posez-vous la question suivante : pourquoi François Mitterrand (que le candidat socialiste aime tant à singer) ne lui a-t-il jamais confié une responsabilité nationale ? Nous voulons un homme d’expérience. Nous voulons que l’on réaffirme nos principes moraux. Nous voulons être gouvernés par un homme éclairé et pétri de convictions plutôt que par un homme qui a fait de l’assistanat et de l’esquive permanente le coeur de sa campagne.
    Nicolas Sarkozy est l’homme dont la France a besoin. Un homme d’État qui a initié le G20, réformé la carte judiciaire, organisé le grenelle de l’environnement, mis en place le service minimum dans les transports, réduit le nombre de fonctionnaires et revalorisé leur traitement, donné leur autonomie aux universités pour les tourner vers le monde et l’excellence en leur accordant plus de 5 milliards d’euros d’aides, créé le RSA pour assurer que le retour à l’emploi soit synonyme d’augmentation de revenus, octroyé aux étudiants le 10ème mois de bourse, baissé le délai nécessaire de travail ouvrant droit à l’allocation chômage de 6 à 4 mois, défiscalisé les heures supplémentaires, réduit le nombre d’élus locaux pour « alléger le mille-feuille » et rendre la démocratie locale plus réactive, réformé les retraites pour garantir leur pérennité, aggravé les peines contre les délinquants récidivistes (peines planchers) ou les criminels sexuels (rétention de sureté), défendu la laïcité et le communautarisme notamment en protégeant les femmes avec l’interdiction du port du voile intégral, ….
    Voter Nicolas Sarkozy le 6 mai, c’est voter contre le déclin de la France programmé par le candidat Hollande pris en étau entre ses différents et contradictoires accords électoraux, c’est voter pour une France rassemblée et unie autour des valeurs qu’elle aime tant : le travail, le mérite, la solidarité ; toutes ces valeurs républicaines qui, incarnées par chacun et chacune d’entre vous, font de la France une France Forte.

     

  • 0 Commentaire
  • Filed under: Non classé